18 avril, journée mémorable....

Publié le par caminares

Ce 18 avril restera gravé à jamais dans la mémoire de tous les Légrémis...
Tout d'abord, la journée commenca par la dernière touche à la préparation de notre assemblée générale, pendant que d'autres installaient les abords de la salle des fêtes afin que tout fut prêt pour l'arrivée des randonneurs.
A l'ordre du jour, l'adoption du réglement intérieur et la nomination de quatre nouveaux administrateurs. Ce qui fut chose faite à l'unanimité.
Puis, les présents se régalèrent frugalement de quelques spécialités ardéchoises, alors que les premiers randonneurs se présentaient.
Afin d'éviter l'affluence sur les sentiers, les adhérents du club partirent en premier soit une quizaine de personnes, accompagnée de Bruno et de ses ânes.
Très vite, Guy, qui officiait à la table d'accueil en charmante compagnie fut entouré de toutes parts par des randonneuses pressées de se retrouver à pied d'oeuvre... Il est à noter que ces messieurs, sans doute pris par le match de Rugby diffusé sur le service public, ont été rares. Ainsi, nos bois ont-ils résonné du doux ramage de ces dames....
Et les départs se sont ainsi échelonnés de dix minutes en dix minutes.
Ah! La beauté de ces fières amazones venues en nombre du Cheylard! Parties comme des fusées, nul doute qu'elles auront battu le record de la journée...
Et puis, bien plus plan plan, le dernier groupe s'élança... Quatre gouttes s'annoncèrent, comme pour nous faire comprendre que la nature est toujours la plus forte... Mais, Tanaris fut bienveillant....
La balisage mis en place par nos "torpédos de la rando" s'avéra efficace. Et nos pas nous amenèrent sur la commune voisine, au travers d'un sous-bois avenant.
Puis ce fut la descente vers les Nicolaux. Hêtres ou ne pas Hêtres semblaient nous murmurer les fayards sur notre passage...
Mais que cette forêt, malgré les stigmates des neiges dernières, est belle! Sur l'autre versant, une magnifique bâtisse : le Don.
Plus loin, un éboulis recouvert de mousse attira notre attention. "Ici, on appelle cela un chier" (prononcer à l'ardéchoise :tchié!) nous expliqua Evelyne.
Le chemin, bordé de cerisiers et de coucous en fleurs, nous  conduisit tranquillement aux Nicolaux.
Le goudron retrouvé, certaines randonneuses, apercurent la voiture balai avec bonheur. Il faut dire qu'un défaut d'équipement est rédhibitoire... Et marcher mal chaussé ne peut qu'amener mal aux pieds....
Et c'est ainsi que l'on retrouva au bord de la route, fatigués mais heureux, Antonin la joli frimousse et sa maman, mais aussi Raymonde qui devant la calade s'offrant à ses yeux préféra, mais à juste raison, s'abstenir.
Et la famille "K", au grand complet, et à notre grand regret, nous abandonna...
Devant nous, la route pavée des Dragonnades s'élévait.
Ah! Il a du en falloir de la haine, pour prendre tant de soin à construire cette route, afin d'assassiner de pauvres bougres au seul fait qu'ils ne priaient pas comme la majorité!
Sont-ils révolus, ces temps lointains? Pas si sûr...
Toujours est-il que cette route tristement célèbre s'élève brutalement en lacets vers Chaillac et son four à pain, son cimetière huguenot, sa belle bâtisse et son terrain bien entrenu.
Vers le Vernet, la coupe forestière nous laissa pantois! Quel désastre! Bref! Il faut de tout pour faire un monde....
Quelques déchets déjà signalés dans une chronique de lou Reïgis ne nous surprirent même pas.
Au loin, trois silhouettes. Des randonneurs partis avant nous et qui tranquillement, s'avançaient. Parmi eux, notre doyenne Madeleine, toujours en forme. Et devisant, admirant le paysage, notre petite troupe arriva à Gluiras, profitant de ce soleil qui nous avait tant manqué lors de nos précédentes sorties.
La soirée n'allait pas tarder à démarrer avec un karaoké du feu de Dieu!
Une soirée qui ne manqua pas de gaz.... Quoique!

Et comme d'habitude, voir les photos sur l'album "randonnée du 18 avril 2009"