L'Erevine, Niolon, La Vesse

Publié le par Caminares

Dimanche 14 février.
"Légrémis en fête, l'hiver n'en fait qu'à sa tête".
Ce pourrait être le dicton du jour. De lourds nuages grisâtres encombrent l'horizon. De joyeux, mais blancs papillons volettent de-ci, de-là. Un froid glacial s'est abattu sur la Provence!
Le groupe se rassemble. Après la journée d'hier, nous partons en bordure de la Côte Bleue.

Marseille est au centre, les calanques à l'est, la côte bleue à l'ouest...


Départ du Rove, les voitures sont sagement garées dans le jardin de ma Grande S.

Le bitume résonne sous nos pas. Visiblement, pas de traces de fatigue de la veille. Les langues vont bon train, Marcelle et Régine ferment la marche et pensent déjà aux randonnées futures, aux débroussaillages à venir, à la prochaine réunion de l'ENS...

Nous quittons le goudron pour attaquer une douce montée. Nous laissons les dernières villas du Rove pour rejoindre la route départementale desservant Niolon. Pas de balisage. Des chemins plus ou moins larges seulement utilisés par les chasseurs locaux et le club de VTT du village.

Premier regroupement avant de traverser la route. Premier arrêt  "technique" pour celles qui ont abusé du thé au petit déjeuner....

Direction le Plateau des Médecins. Ici, il suffit de marcher, pousser par le mistral qui se lève. Je sens de la déception: cet endroit est plat comme la main, triste et pas vraiment joli. Je rassure tout le monde.

"Pas d'inquiètude, le plus beau reste à venir"

Nous voilà maintenant dans un vallon. Le sentier est large, mais rocailleux. Plus loin, nous atteignons une grande bastide: nous sommes à l'entrée de l'Erevine....

Le chemin se retrecit et s'encaisse de plus en plus au fond d'une gorge profonde. Au détour d'un virage, sous un grand pin, la mer s'étale dans l'échancrure des falaises... Un tunnel que nous laissons à notre droite et le sentier s'incline, comme attiré par le ressac que l'on distingue un peu plus bas.

Nous voilà au dessus de la Calanque de l'Erevine. Son accès se fait en descendant prudemment un ébouli abrupt, histoire de nous avertir que ce petit coin de paradis se mérite...

La plage de galet nous accueille: il est l'heure de sortir nos repas du sac, face à la mer et au petit îlot surmonté d'une balise maritime.

Comme pour nous encourager, un pâle rayon de soleil fait son apparition....

Nous reprenons notre progression. Tout d'abord, petit séance d'escalade pour les plus courageux, afin de retrouver plus haut le sentier. Lou Reïgis, trouve une excuse et remonte par l'ébouli....

Le sentier
chemine au dessus de la mer, parfois simple trace au travers des rochers, aérien, mais aisé. Une petite difficulté vite surmonté et nous voilà face au Moulon. Au loin, la brume nous interdit le spectacle de la rade phocéenne. Un porte-conteneur passe silencieusement, laissant derrière lui l'écume du jour....
Nous passons le Moulon. Je stoppe le groupe pour leur faire admirer le profil de ce rocher, semblable, vu de ce côté à une énorme baleine échouée, gueule ouverte, telle une Moby Dick de légende rejetant un Jonas sortie d'un roman de Melville...
Niolon et son port est rapidement atteint. Célèbre pour son centre international de ponglée..;

Le chemin, enfin balisé de bleu, traverse les cabanons et nous emmène au sommet d'un petit tertre d'où la vue embrase la rade de Marseille. Au loin, une tour  de verre désormais célèbre, qui prendra à cet instant le nom de "Tour Régine"...

Le sentier plonge vers la mer en empruntant un escalier  qui porte nos pas à La Vesse.

Le parking est déserté, car interdit depuis les intépéries de ce début d'hiver; la colline de roche s'est écroulée sur quelques cabanons. (désolé pour Jean Yves qui s'est emmelé les pinceaux et la description dans son très poètique compte rendu...)


Il est temps de rentrer. La balade originale continue par le littoral, mais nous avons pris notre temps, nos ardéchois doivent d'en retourner.

Nous emprunterons un magnifique sentier cheminant au travers des collines du Rove, bordé d'argelas en fleur alors que Maître Soleil se décide enfin à inonder le paysage de sa douce lumière...


Et la journée se termina chez Anne-marie, partie en avant garde afin de préparer une boisson bien chaude pour la joyeuse troupe, qui l'avait bien mérité!


Week en réussi, promesse de revenir l'an prochain avec d'autres calanques marseillaises à visiter, d'autres chemins de bord de mer à emprunter....