Rompon...

Publié le par Caminares

Marcelle, Présidente de notre belle association était à la manoeuvre ce samedi 20 mars, premier jour du printemps. Nous espérions un soleil franc après les froidures hivernales, mais hélas!
Pourtant, l'astre solaire fut présent dans les grands sourires qui m'accompagnèrent tout au long de cette journée. Car, une fois de plus, votre serviteur et rédacteur de ce blog, se trouva être le seul mâle de la joyeuse et papotante troupe qui parcourut les sentiers de Rompon.
Départ fut donné devant l'église, au lieu-dit Laval. Très vite, une pente montante succéda au goudron. Partout, les violettes d'habitude si discrètes, montraient leurs délicates corolles... Au travers d'un chemin bordé par endroit de murets de pierres sèches, notre petit groupe de huit personnes atteignit la Chapelle St Germain.
Premier arrêt, première vision du grignotage incessant des nouvelles habitations s'étalant sous nos yeux...
Quelques photos, plus tard, et nous voilà à nouveau en route sur les traces du GR42.
En tête du cortège, Elisabeth donnait le tempo. Au poteau indicateur, après une pause photo, à droite toute,  vers la bordure de la falaise et les stigmates d'un incendie. Ecobuage mal maîtrisé? Malveillance ?
Myrian, Eliane, nouvelle venue au club et Elisabeth menaient bon train.
Madeleine, infatiguable randonneuse gluirassienne, donnait la réplique à Magda pendant que Marcelle, Régine et Moi-même discutions balisage et ouverture de chemins....
La descente vers la vallée en éprouva plus d'un, les motos ravinant en profondeur un sentier au premier abord facile.
La suite fut un peu plus hasardeuse: la faute surement à l'urbanisation galopante qu'il nous fallut bien traverser afin de retrouver une sente sauvage remontant parmi les marnes... Marcelle, toujours à l'oeuvre, mis en route son GPS personnel et s'en tira fort honorablement. Car point de balisage lors de la traversé de ce petit hameau. Point de spaghettis jaune et blanc, juste un sens de l'orientation qui, finalement, nous amena sur le bon chemin, malgré les remarques narquoises de quelques un et unes....
L'appétit vient en marchant, paraît-il! C'est donc en bordure du chemin sur un petit replat, près d'une source bâtie, que nos estomacs se régalèrent d'un encas préalablement préparé avec soins.
Les marques rouge et blanche du GR42, telle une invite à l'aventure, s'enfoncent dans une forêt de pins. Le chemin, large, serpente nochalement. Un Circaête Jean-le-Blanc, s'envole à notre approche. Chacun marche à sa manière, silencieusement ou papotant à qui mieux-mieux...
Lorsque nous arrivons à un large carrefour, je sens au regard de Marcelle un peu d'hésitation... L'envie de prolonger un peu la randonnée?
Nous partons tout droit.... Le goudron nous accueille. Mais notre voie est là à main gauche! Myriam et Régine reconnaisse un champ: "Vois! c'est là où nous avons pique-niqué l'an dernier!" Nous sommes sur la bonne route!"
Madeleine, toujours en pleine forme, suit le rythme, bavardant avec Magda.
Au carrefour suivant, une pause bien méritée nous permet d'admirer le paysage sur les vallons environnants. Le sentier est devenu sableux, nous laisserons derrière nous de biens belles bâtisses, alors que quelques moutons, curieux, viennent nous saluer de leurs bêlements chevrottants.
Puis, le sentier s'enfonce de part et d'autre de bourdigas faisant comme une haie. Une ruine est en cours de rénovation. Nouvelle intersection. Une croie jaune barre notre chemin. Elisabeth hésite... Marcelle jette un oeil, à droite, se retourne, prend le sens de vent et sans l'ombre d'un doute, s'engage sur le sentier fermé....
"Pas d'inquiètude, je connais, suivez-moi!"
Elisabeth, accélère le pas. Derrière, le groupe, confiant, trotinne en blaguant. Nous nous enfonçons dans un vallon boisé. En contrebas, un ruisseau murmure sa musique. De temps en temps, un merle fait une ode au printemps naissant. Par endroit, l'eau sourd, telles de multiples petites sources.
Elisabeth, faussement inquiète, nous crie que le chemin remonte au travers d'un petit col! Mais non, le sentier s'incurve résolument sur la droite, se dirigeant en pente douce vers notre point de départ et l'église que nous apercevons au loin. Nous ferons un détour par le bord du ruisseau et ses cascades bondissantes, ses gours parcourus d'une onde fraîche et claire. Moment de bonheur, où chacun s'extasie devant la beauté simple de cette eau descendue des collines environnantes.


Un dernier effort, une petite désescalade sur un sentier abîmé par les motos dites vertes, et nous voilà de retour au port!

Puis, marcelle, en parfaite hôtesse de ces lieux qu'elle connait comme sa poche, nous amènera sur le site de l'ancien hôpital de Celle-les-Bains, où l'eau férrugineuse, médicament des bronches et autre turberculose, jaillit encore au travers d'une canalisation où le fer laisse son emprunte ocre.
Dégustation fort appréciée de cette eau à peine tiède et juste pétillante, au gout légrement ferreux....

Alors chacun retourna en son logis  heureux de cette première journée d'un printemps si longtemps attendu....

Voir l'Album Photo "Rompon"