Veek-end calanques: le repas....

Publié le par Caminares

20heures.
Lou Reïgis et Caminares sont (déjà) au restaurant. Anne-Marie et Myriam en mission. Les Légrémis sont à l'hôtel, se pomponnant pour la fin de la soirée. Tous les Légrémis? Non....
Il manque Régine et ses passagers.... Perdus, quelque part, dans Marseille.....

Retour en arrière.....

18h30: nous sommes sur le parking, prêt au départ. Chacun a feuille de route, adresse de l'hôtel et tout le toutim.
Direction L'Estaque, l'hôtel, le restaurant "la Plage". Toutefois, je donne les dernières instructions. "Surtout, suivez-moi bien". Qu'on se le dise, la traversée de Marseille la nuit tombée, n'est pas une sinécure.

Pourtant, je suis soulagé, ce soir l'OM joue à l'extérieur contre Monaco. Nous devons passer devant le stade Vélodrome, et les soirs de match, obligation d'éviter le boulevard Michelet....
Ce soir, il n'y aura aucune difficulté. Et pourtant, nous perdrons Régine!!!
Après maints coups de fil, nous avons localisé notre Petit Poucet et sa précieuse et patiente cargaison... Théo n'en peut plus: il a faim, il est fatigué et Marseille By night, très peu pour lui........
Régine attend donc bien sagement que la marseillaise d'origine vienne la récupérer....

Au dessus d'elle, une tour de verre, nommée "phallus" par Lou Reïgis, dénaturant le paysage, pour une fois, servira à quelque chose: remettre dans le bon chemin notre secrétaire....
Voilà donc la mission à laquelle Anne-Marie et Myriam se consacrent pendant que leurs concubin et mari, prennent, sans s'en faire, ou presque, un apéro réparateur!
Je dois ici le confesser, je stresse.. Il est bientôt 20h45 et toujours personne au rendez-vous!
La porte s'ouvre. La grande S et Torpédo N°1 franchissent le seuil du resto. régine, tout sourire aux lèvres suit de près. Théo, enfin s'installe sur un siège. Il meurt de soif!
A 21h pétantes, enfin, nos amis repomponnés franchissent la porte de l'établissement....
Décidemment, l'heure de retard matinale nous aura poursuivie toute la journée!
Au menu, soupe de poisson et aïoli, salade de chèvre chaud et chaudrée du pêcheur, moules gratinées et tour de noix de St Jacques, le tout arrosé d'un petit rosé au pichet bien gouleyant....
Malheureusement, une coupure de courant intempestive nous privera de l'aïoli....
Mais, pour s'excuser de la panne d'électricité, le serveur nous mit le "bada". Décidemment, on sait vivre dans notre grand sud!
Bientôt, une rumeur joyeuse envahira la salle où nous sommes installés. Les commentaires sur la journée vont bon train. Régine et Gérard, se font un peu chambrer, Théo dégustera sa deuxième mousse au chocolat....
Les courageux randonneurs venus de notre belle ardèche ont pour nom Hélène et Alain, Annick et Jean, Claudine, Elisabeth exemplaire dans la générosité et la gentilhesse, notre présidente Marcelle, Régine, Myriam et Jean-Yves, José et Patricia venue du Var avec qui nous avions l'an passé cotoyé les beauté de l'Esterel, Béatrice et son mari Gérard, qui sut trouver sans encombre le chemin de la prison des Baumettes, puis, car non randonneur, visita en toute tranquilité Marseille....
Sans oublier Gisela, Marie-Claude et son fils Théo.

Et bien sûr Anne-Marie....